Notre belle France et ses vestiges.

Notre belle France et ses vestiges.

Notre France est dotée d'un patrimoine très riche et encore méconnue. Ce forum va vous faire découvrir, lavoirs, églises, fontaines, statues, mairies, calvaires, ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Bataille des Ardennes : la folle attaque d'Hitler

Aller en bas 
AuteurMessage
Nadya
Admin
avatar

Messages : 1553
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 44
Localisation : ARDENNES

MessageSujet: Bataille des Ardennes : la folle attaque d'Hitler   Mar 19 Jan - 19:35

Bataille des Ardennes : la folle attaque d'Hitler

Le 16 décembre 1944, le Führer lance une attaque désespérée pour tenter de stopper l'avancée des forces alliées. Une bataille qui signera sa perte.

Par LAURENT LEGRAND

Les alliés ont débarqué en Normandie depuis le 6 juin 1944 et, à la suite de plusieurs semaines de combats intensifs et coûteux en vies humaines, les forces alliées sont rapidement parvenues aux frontières allemandes. Au mois d'août 1944, Paris est libérée, puis c'est au tour de Bruxelles et d'Anvers au mois de septembre 1944. La confiance règne côté allié, en témoignent les propos du maréchal Montgomery : "Sur tous les fronts, les Allemands mènent une campagne défensive. Actuellement, leur situation militaire et stratégique ne leur permet pas d'envisager la mise sur pied d'une quelconque offensive de grande envergure." Une situation insupportable pour Hitler, fermement convaincu qu'il peut encore surprendre ses assaillants. C'est ainsi qu'il entreprend, dans le plus grand secret, d'élaborer une contre-attaque massive à travers les Ardennes, et ce, malgré une atmosphère de défiance croissante avec son état-major et ses conseillers à la suite de l'attentat manqué du 20 juillet 1944. 

L'obstination du Führer 

Seuls quelques officiers triés sur le volet sont mis au courant de l'offensive Wacht am Rhein, dont von Rundstedt, Model ou encore Dietrich. Hitler n'est pas réceptif aux diverses recommandations de ses généraux, il souhaite impérativement atteindre le port d'Anvers où sont acheminés les ravitaillements des armées alliées et ainsi rééquilibrer les forces sur le front ouest. Von Rundstedt et Model restent en désaccord sur un certain nombre de points mais s'accordent à penser que le plan d'Hitler est virtuellement irréalisable et trop ambitieux. Un sentiment partagé par Sepp Dietrich, soulignant l'inadaptation des voies de communication pour l'acheminement des divisions blindées ou encore l'incertitude liée au climat hivernal. Néanmoins, malgré les réserves de ses généraux, Adolf Hitler demeure inébranlable et impose sa vision stratégique du conflit. 

Afin de dissimuler cette offensive, il fait transférer von Rundstedt le 1er septembre et lui confie le commandement de l'armée sur le front ouest dans l'optique de conforter l'optimisme des alliés concernant la stratégie adoptée par le Reich, von Rundstedt étant considéré comme un stratège défensif. Dans le plus grand secret, c'est Model qui se voit confier la mise en place de l'offensive, il dispose pour cela de la 5e, 6e et 7e armée, soit un total de 250 000 hommes, 2 000 canons, plus de 1 000 chars et 1 500 avions. Pour leurrer les alliés, von Rundstedt laisse volontairement la reconnaissance adverse analyser les forces en présence à Cologne alors qu'en parallèle l'acheminement des troupes et du matériel se fait de nuit. Les routes par lesquelles devait transiter tout ce matériel militaire étaient recouvertes de paille retirée à l'aube tandis que les chasseurs allemands survolaient le front à basse altitude de façon à atténuer le bruit des Panzer. 

Selon le plan de Model, le groupe d'armées se décompose en quatre avec sur les ailes, la 15e au nord et la 7e dont la mission est de protéger le flanc sud de la 3e armée US du général Patton. L'effort principal doit être mené au centre par les 6e et 5e armées composées d'unités blindées. En face, 83 000 soldats américains sont positionnés dans la région sans pour autant avoir conscience de la contre-offensive imminente de la Wehrmacht. Le 16 décembre 1944, l'artillerie allemande ouvre le feu au petit matin, les soldats américains sont surpris, les postes avancés sont pris d'assaut et les lignes de communication sont coupées avec l'arrière. La virulence des attaques de Panzer sème la panique et, en cette fraîche matinée de décembre, la désorganisation et la confusion générale règnent au sein des unités américaines. 

Wacht am Rhein, coup d'épée dans l'eau 

Le colonel Otto Skorzeny responsable de l'opération Greif dont la finalité était de s'emparer de l'ensemble des ponts sur la Meuse de manière à faciliter le passage des troupes allemandes. Pour ce faire, le commando mené par Skorzeny utilisa des uniformes et des véhicules américains dans l'optique de berner les soldats américains. Les hommes de Skorzeny menèrent en parallèle des opérations de sabotage. Cependant, le stratagème fut découvert rapidement mais parvint à instaurer une certaine confusion dans les lignes alliées comme le souligna le général Bradley, commandant du 12e groupe d'armée US " Imaginez... un demi-million d'authentiques soldats américains jouant au gendarme et au voleur à chacune de leurs rencontres."

Face à cette offensive allemande, Eisenhower ne tarde pas à réagir et mobilise immédiatement l'ensemble des forces blindées ainsi que les 82e et 101e divisions de parachutistes pour soutenir les positions assaillies par les Panzer de von Manteuffel et Dietrich. Bastogne revêt une importance stratégique puisque plusieurs routes convergeaient vers cette ville et pouvaient donc permettre aux Allemands de progresser et d'assurer le réapprovisionnement de leurs colonnes. Encerclée depuis le 22 décembre par plusieurs divisions, Bastogne ne cède pas, le général McAuliffe refuse l'offre de reddition allemande et résiste jusqu'à l'arrivée des renforts. L'avancée allemande s'essouffle en raison des contre-attaques amorcées par la 3e armée de Patton au sud et de la 1re armée d'Hodges au nord. L'amélioration des conditions météorologiques permet également aux chasseurs-bombardiers de mener des raids dévastateurs. Alors que les ravitaillements alliés semblent infinis, l'armée allemande voit ses lignes de communication coupées et son réapprovisionnement se raréfier. 

Afin d'anticiper un échec total, l'état-major allemand envisage un repli organisé des troupes depuis le 22 décembre, mais le Führer refuse catégoriquement. Cette décision d'Hitler engendre des conséquences néfastes puisque les prévisions de l'état-major de la Wehrmacht se confirment, obligeant ainsi les forces engagées à se replier dans la confusion la plus totale, comme en attesta von Manteuffel : "Au lieu d'un repli ordonné, nous fûmes contraints à une retraite pied à pied, sous la pression des alliés, subissant d'inutiles pertes... Pour nous, la politique hitlérienne d'aucun repli signifiait la ruine, dans la mesure où nous ne pouvions nous permettre de pareilles pertes." Hitler manqua une nouvelle fois de clairvoyance dans son analyse stratégique et sa paranoïa grandissante plongea la Wehrmacht dans une situation catastrophique puisque les pertes humaines et matérielles occasionnées par l'initiative des Ardennes furent irrémédiables et décisives pour la suite du conflit. Fin janvier, les troupes allemandes avaient été renvoyées sur leurs positions de départ du 15 décembre 1944. Cette contre-attaque allemande engendra de lourdes pertes pour la Wehrmacht avec des chiffres qui varient mais qui dépassent les 70 000 à 80 000 soldats tués, blessés, faits prisonniers ou portés disparus. L'Armée rouge a désormais le champ libre à l'est, Eisenhower triomphe tandis qu'Adolf Hitler se suicide trois mois plus tard.

_________________
Bonjour Invité, contente de te voire sur Notre belle France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notrebellefrance.forumactif.org
 
Bataille des Ardennes : la folle attaque d'Hitler
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre historique sur la bataille des Ardennes
» Reconstitution Bataille des Ardennes et Show Pyrotechnique RECOGNE-COBRU - 15-16 Décembre 2012
» Bataille des Ardennes
» Diorama bataille des Ardennes
» bataille des ardennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Notre belle France et ses vestiges. :: Champagne-Ardenne :: Ardennes (08) :: Ardennes en générale-
Sauter vers: